Relevés topographiques et SIG

Plusieurs techniques complémentaires permettent de réaliser un travail topographique, à partir de l’utilisation d’un matériel spécialisé (station totale Geomax Zoom80 ; GPS différentiel Trimble GeoXH6000 ). Les relevés topographiques effectués par Clément Coutelier (spécialiste en systèmes d’information géographique du service AusoHNum) sont ensuite traités avec différents logiciels (GPS PathFinder Office ; ArcGIS) afin de réaliser un SIG des réseaux d’eau et des cartes de localisation des vestiges identifiés.

Le SIG est également utilisé dans un but prospectif : à partir de tronçons déjà repérés, le SIG aide à une modélisation des parties d’aqueducs encore non repérées en utilisant la micro-topographie et les différences de pentes.

Restitution du tracé de l’aqueduc de Punta Paloma (C. Coutelier)


Citer ce billet
Laetitia Borau (2020, 18 mai). Relevés topographiques et SIG. AquAntique. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://aquantique.hypotheses.org/132

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search