Baelo Claudia

L’ensemble archéologique de Baelo Claudia (Tarifa, province de Cadix) est l’un des plus importants du sud de l’Espagne. Il comprend deux sites de rang urbain qui se sont succédés entre le milieu du premier millénaire a.C. et le VIe siècle p. C. Le plus récent est une ville romaine, Baelo Claudia, devenant municipe et implantée sur la côte nord du détroit de Gibraltar. Le site est fouillé par des équipes françaises en 1917-1921 puis dans les années 1960 à 1990. De nouvelles recherches sont actuellement menées par des équipes internationales sur la nécropole, le forum ou les cetariae. L’état de conservation exceptionnel de son centre urbain et de ses usines à salaison de poissons en ont fait un des exemples les mieux connus de l’urbanisme romain dans les provinces d’Occident (Sillières 1995 ; Álvarez Rojas 2007). Le projet (Proyecto General de Investigación accordé par la Junta de Andalucía) d’une durée de 6 ans est centré sur la gestion de l’eau à l’échelle du territoire de la ville romaine en étudiant à la fois le réseau extra-muros et urbain.

En effet, l’agglomération romaine de Baelo Claudia était approvisionnée en eau par trois aqueducs :

  • l’aqueduc souterrain de Realillo, de 4 km, aboutit à une « citerne » au nord de la ville ;
  • l’aqueduc du Molino de Sierra de la Plata de 1-2 km alimentait les thermes de la Porte de Gadès ;
  • l’aqueduc oriental de Punta Paloma, porté par plusieurs ponts, mesurait 6 km et son point d’aboutissement reste encore à découvrir dans la ville.
Tracé des aqueducs alimentant la ville romane (L. Borau 2016)

Cependant, excepté quelques travaux ponctuels (Paris 1918, 1923 ; Jiménez 1972, Sillières 1995), aucune étude spécifique n’a été conduite sur ce réseau qui desservait les thermes, les fontaines publiques, les habitations et probablement les usines de salaison de poissons.

Les objectifs de ce projet sont multiples : comprendre l’organisation du réseau d’alimentation, de stockage, de distribution et d’évacuation d’eau d’une ville romaine située dans une région semi-aride ; examiner des dispositifs d’ingénierie hydrauliques singuliers (puits de rupture de pente, bassin de décantation notamment) ; analyser les techniques de construction ; proposer une chronologie des aménagements et comprendre leurs rapports avec le développement de l’urbanisme ; mettre en perspective ces ouvrages avec d’autres sites romains ; élaborer un « conservatoire numérique » des vestiges archéologiques liés à l’eau. Le chantier dirigé par Laetitia Borau (chercheur, Ausonius) et co-encadré par Caroline Trémeaud (Trajectoires) est réalisé grâce au soutien du Conjunto arqueológico de Baelo Claudia.

INSTITUTIONS PARTENAIRES:

Casa de Velázquez

Laboratoire AUSONIUS (UMR 5607)

Université Bordeaux Montaigne

Laboratoire IRAMAT-CRP2A (UMR 5060)

Labex Sciences Archéologiques de Bordeaux

Conjunto arqueológico de Baelo Claudia

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search