Episode 7

Mission archéologique à Baelo Claudia en mai 2023

Copyright Laetitia Borau

A l’issue de la fouille, la responsable du mobilier archéologique, Marielle Bernier (UMR 5607), étudie les objets découverts: ici, un fragment de céramique antique. Ce tesson est dessiné, photographié, inventorié, décrit et analysé. L’étude céramologique permet de dater les couches archéologiques mais aussi de connaître les types de vaisselles que la population utilisait, leurs goûts alimentaires…

Episode 6

Mission archéologique à Baelo Claudia en mai 2023

Copyright Laetitia Borau

Le vol de drone (par C. Coutelier, UMR 5607) au-dessus du sondage effectué cette année permet de réaliser une série de photographies du site selon différents angles de vue (zénithale notamment). La photogrammétrie est notamment utilisée en archéologie pour réaliser des relevés de vestiges.

Episode 4

Mission archéologique à Baelo Claudia en mai 2023

Copyright Laetitia Borau

L’équipe composée d’étudiants (Univ. Bordeaux Montaigne, Univ. de Poitiers) et d’archéologues (Univ. de Brest, laboratoire Trajectoire, laboratoire Ausonius) en cours de fouille. Réalisation d’un sondage dans un secteur encore inexploré de la ville au nord des thermes romains.

Episode 1

Mission archéologique à Baelo Claudia en mai 2023

Copyright Laetitia Borau

Vue générale du site archéologique de Baelo Claudia près de Tarifa en Espagne. Mission archéologique dirigée par Laetitia Borau, archéologue (CNRS). Projet soutenu par le laboratoire du CNRS UMR 5607-Ausonius, la Casa de Velázquez, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, l’Université de Bretagne occidentale et l’UMR 8215-Trajectoires, en collaboration avec le Conjunto arqueologico de Baelo Claudia et de la Junta de Andalucia.

Le site archéologique correspond à une ville romaine nichée dans une baie, près du détroit de Gibraltar, qui appartenait à la province de Bétique. Sa situation privilégiée au bord de la mer est à l’origine de sa richesse économique, principalement, la production de salaisons de poissons et de garum. Son centre monumental (forum, Capitole, temple d’Isis, macellum) est admirablement bien conservé.

La mission française actuelle a pour objectif d’analyser l’ensemble du réseau hydraulique de la ville: adduction d’eau (aqueducs, tuyaux), stockage et distribution (fontaine, château d’eau, thermes), évacuation des eaux usées (caniveaux, égouts) et ses rapports avec son contexte environnemental et urbain ainsi que les épisodes de crises dus notamment à la pénurie d’eau et aux divers épisodes sismiques. La campagne 2023 porte sur un secteur inexploré de la ville au nord des thermes ainsi que sur des prospections pédestres extra-muros pour reconnaitre le tracé des différents aqueducs.

Présélection au festival du film archéologique de Narbonne

Le film archéologique intitulé “Baelo Claudia, une expérience archéologique” réalisé en 2020-2021 par Julie Airs, étudiante en Licence 3 de Cinéma et Audiovisuel (Université Bordeaux Montaigne), financé par le Labex Sciences archéologiques de Bordeaux pour la valorisation des actions scientifiques et dirigé par Laetitia Borau (CNRS) a été présélectionné au festival du film archéologique de Narbonne qui aura lieu du 2 au 7 novembre 2021.

Vous pouvez visualiser ce film ainsi que les films en compétition en suivant ce lien:

https://www.rencontres-archeologie.com/post/ran-2021-film-baelo-claudia-une-exp%C3%A9rience-arch%C3%A9ologique

Former et transmettre

Depuis 2017, ce projet de recherche a acquis une dimension supplémentaire, visant à proposer une formation à la fois théorique et de pratique de terrain à des étudiants.

D’une part, en tant que chantier-école, une véritable attention est portée à la formation et à l’encadrement des étudiants lors des campagnes de fouilles et de prospections : méthode de fouilles, relevé archéologique, enregistrement des données, mais aussi analyses du bâti, dessin architectural, identification des techniques de construction.

D’autre part, de véritables ateliers de formations (dans le cadre du labex LaScArBx) – géophysique appliquée, initiation à l’étude de mobilier archéologique (céramique, métal, faune), méthode de datation, topographie, photogrammétrie – ont permis aux étudiants d’enrichir leurs connaissances pratiques et théoriques des méthodes utilisées en archéologie. Des conférences sur le site par différents spécialistes (professeurs invités, ingénieurs, archéologues et restaurateurs du Conjunto arqueológico de Baelo Claudia) sont également proposées: conférence d’Alain Bouet (professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, Ausonius) en 2018, de Petra Urbanova (Iramat-CRP2A), de Rémy Chapoulie (professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, Iramat-CRP2A), de Brice Ephrem (Ausonius), de Iván García Jiménez et de María Luisa Salgado (Conjunto arqueológico de Baelo Claudia) en 2019.

Relevés et nouvelles technologies

Les missions de terrain ont pour objectif la documentation des structures hydrauliques à travers des fouilles ponctuelles ou des prospections. Néanmoins, de nombreuses contraintes sont à prendre en compte :

  • la durée des missions oblige à documenter les structures le plus rapidement possible ;
  • l’accès aux structures est parfois limité par un terrain accidenté et l’absence de routes ;
  • l’élévation qui peut aller jusqu’à plusieurs mètres de hauteur pour certaines piles de pont-aqueduc, ne permet pas de documenter les parties hautes.

Pour faire face à ces contraintes, des procédés innovants ont été mis en place pour documenter de la façon la plus exhaustive possible les structures hydrauliques conservées.

Ainsi, le recours à la photogrammétrie permet un relevé intégral des structures, quelles que soit leurs dimensions, sur leur terrain. Ces données sont traitées en post-fouille pour permettre à la fois une modélisation 3D et la production d’orthophotographie (par F. Comte) pour un dessin du pierre-à-pierre des structures (DAO : C. Trémeaud).

L’utilisation du drone permet aussi d’obtenir des photos zénithales des très grandes structures, après leur dégagement, allant jusqu’au plan entier de la ville qui peuvent ensuite être réintégrées dans le SIG (développé par C. Coutelier).

Intégration des vues zénithales (drone) dans le SIG avec la localisation des structures (C. Coutelier).

La mise en place des ces nouvelles pratiques permet un gain de temps sur le terrain mais nécessite un investissement important en post-fouille pour traiter les données, tout comme un investissement important sur le terrain pour avoir les meilleurs conditions : très matinales ou tardives pour avoir la meilleure exposition.

Ces pratiques permettent aussi de réactualiser des données anciennes sur des objets ; comme cela a été fait sur les tuyaux de plombs et un purgeur, découverts lors de fouilles anciennes de la ville, en créant une modélisation 3D.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search