Episode 7

Mission archéologique à Baelo Claudia en mai 2023

Copyright Laetitia Borau

A l’issue de la fouille, la responsable du mobilier archéologique, Marielle Bernier (UMR 5607), étudie les objets découverts: ici, un fragment de céramique antique. Ce tesson est dessiné, photographié, inventorié, décrit et analysé. L’étude céramologique permet de dater les couches archéologiques mais aussi de connaître les types de vaisselles que la population utilisait, leurs goûts alimentaires…

Episode 6

Mission archéologique à Baelo Claudia en mai 2023

Copyright Laetitia Borau

Le vol de drone (par C. Coutelier, UMR 5607) au-dessus du sondage effectué cette année permet de réaliser une série de photographies du site selon différents angles de vue (zénithale notamment). La photogrammétrie est notamment utilisée en archéologie pour réaliser des relevés de vestiges.

Episode 5

Mission archéologique à Baelo Claudia en mai 2023

Copyright Laetitia Borau

Suite de la fouille. L ‘équipe composée d’étudiants (Univ. Bordeaux Montaigne, Univ. de Poitiers) et d’archéologues (Univ. de Brest, laboratoire Trajectoire, laboratoire Ausonius) en cours de fouille. Réalisation d’un sondage dans un secteur encore inexploré de la ville au nord des thermes romains. L’équipe ne chôme pas: pelles, pioches, brouettes, truelles! Les murs commencent à sortir de terre! Le mobilier archéologique découvert est prélevé pour étude.

Episode 1

Mission archéologique à Baelo Claudia en mai 2023

Copyright Laetitia Borau

Vue générale du site archéologique de Baelo Claudia près de Tarifa en Espagne. Mission archéologique dirigée par Laetitia Borau, archéologue (CNRS). Projet soutenu par le laboratoire du CNRS UMR 5607-Ausonius, la Casa de Velázquez, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, l’Université de Bretagne occidentale et l’UMR 8215-Trajectoires, en collaboration avec le Conjunto arqueologico de Baelo Claudia et de la Junta de Andalucia.

Le site archéologique correspond à une ville romaine nichée dans une baie, près du détroit de Gibraltar, qui appartenait à la province de Bétique. Sa situation privilégiée au bord de la mer est à l’origine de sa richesse économique, principalement, la production de salaisons de poissons et de garum. Son centre monumental (forum, Capitole, temple d’Isis, macellum) est admirablement bien conservé.

La mission française actuelle a pour objectif d’analyser l’ensemble du réseau hydraulique de la ville: adduction d’eau (aqueducs, tuyaux), stockage et distribution (fontaine, château d’eau, thermes), évacuation des eaux usées (caniveaux, égouts) et ses rapports avec son contexte environnemental et urbain ainsi que les épisodes de crises dus notamment à la pénurie d’eau et aux divers épisodes sismiques. La campagne 2023 porte sur un secteur inexploré de la ville au nord des thermes ainsi que sur des prospections pédestres extra-muros pour reconnaitre le tracé des différents aqueducs.

Étude du mobilier archéologique

L’étude et la conservation préventive du mobilier archéologique a d’abord été réalisé par C. Mège, assistée de C. Trémeaud, puis par M. Bernier (gestionnaire des mobiliers archéologiques et céramologue, Ausonius).

Deux contextes sont étudiés : du mobilier issu de fouilles anciennes et du mobilier récemment collecté lors des fouilles menées sur les réseaux hydrauliques de la ville. L’étude céramologique est particulièrement importante dans le contexte spécifique du sud de la péninsule Ibérique qui a été un considérable lieu de production et d’échange.

Relevés topographiques et SIG

Plusieurs techniques complémentaires permettent de réaliser un travail topographique, à partir de l’utilisation d’un matériel spécialisé (station totale Geomax Zoom80 ; GPS différentiel Trimble GeoXH6000 ). Les relevés topographiques effectués par Clément Coutelier (spécialiste en systèmes d’information géographique du service AusoHNum) sont ensuite traités avec différents logiciels (GPS PathFinder Office ; ArcGIS) afin de réaliser un SIG des réseaux d’eau et des cartes de localisation des vestiges identifiés.

Le SIG est également utilisé dans un but prospectif : à partir de tronçons déjà repérés, le SIG aide à une modélisation des parties d’aqueducs encore non repérées en utilisant la micro-topographie et les différences de pentes.

Restitution du tracé de l’aqueduc de Punta Paloma (C. Coutelier)

Les fouilles

Les campagnes de prospection se sont révélées un préalable nécessaire pour orienter les campagnes de fouilles qui ont eu lieu par la suite

Ainsi, les deux premières campagnes de fouille (2015-2016) se sont concentrées sur deux zones :

  • sur un puits de rupture de pente jouxtant le pont-aqueduc de Churriana de l’aqueduc de Punta Paloma, extra-muros, à 2 km à l’est de la ville ;
  • sur l’aqueduc de Realillo, dans la ville haute, archéologiquement mal connue. Ce dernier secteur a permis de fouiller un tronçon du canal de l’aqueduc de Realillo associé à deux structures originales : un puits de rupture de pente et un bassin de décantation, s’intercalant entre l’aqueduc de Realillo et son château d’eau, inconnu et particulièrement bien conservé.

Pour comprendre la gestion de l’eau intramuros, deux autres campagnes (2017-2018) ont exploré l’arrivée de l’aqueduc de Punta Paloma dans la ville romaine, et son fonctionnement avec le rempart ; ainsi qu’un îlot, dans un secteur inexploré, mais stratégique notamment en raison de sa situation en amont de la fontaine monumentale et où des thermes étaient supposés avoir été installés.

La dernière campagne de fouille (2019) s’est concentrée sur le château d’eau, dans la ville haute, structure fouillée anciennement mais jamais documentée. La reprise de la documentation et l’ouverture d’un secteur en amont du château d’eau a permis d’examiner la construction de l’aqueduc en le fouillant sur quasiment une dizaine de mètres. Ce chantier se poursuivra en 2020.

Vue aérienne du château d’eau (F. Comte)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search