Cordoue

Nivellement et puits de rupture de pente de l’aqueduc de Valdepuentes à Cordoue (Andalousie, Espagne)

Cordoue est fondée par le général M. Claudius Marcellius dès 152 a.C. La ville acquiert le statut de capitale de l’Hispanie Ultérieure durant l’époque républicaine. Détruite au moment des guerres césariennes, elle devient ensuite une colonie romaine. Puis, à l’époque augustéenne, la Colonia Patricia Corduba devient la capitale de la Bétique. Elle est abandonnée durant l’Antiquité tardive au profit d’Hispalis (Séville).

Son réseau d’eau, en particulier ses aqueducs, a été étudié dans les années 1990 par le professeur Àngel Ventura Villanueva (Ventura Villanueva 1993, 1993).

La ville possédait trois aqueducs :

  • L’Aqua Augusta, appelée ensuite Aqua Vetus ou aqueduc de Valdepuentes, est le premier aqueduc construit et probablement commandité par l’empereur Auguste. L’aqueduc mesure 18 km de longueur. Presque intégralement souterrain à l’exception de son entrée en ville, où il est supporté par des arches, il se distingue par la présence de puits de rupture de pente sur son parcours. Puis il se divise en deux conduits dont l’un aboutit à un château d’eau.
  • Une inscription permet d’attribuer la construction du second aqueduc, l’Aqua Nova Domitiana Augusta, à l’empereur Domitien.
  • Vers la fin du IIe siècle, le réseau est complété par un troisième aqueduc (dit de la station d’autobus) destiné à un quartier résidentiel extramuros.

Ces aqueducs approvisionnaient les thermes, une centaine de fontaines publiques dont certaines conservent les dédicaces des commanditaires, ainsi que deux cents habitations. L’eau coulait donc en abondance dans la capitale provinciale. À l’époque califale, une partie du réseau d’adduction d’eau est réhabilité.

En matière d’hydraulique, Cordoue constitue un véritable jalon puisqu’il s’agit d’un des plus anciens réseaux d’eau publique d’Hispanie. Par ailleurs, elle possèdela plus impressionnante cascade de puits de rupture de pente connue à ce jour de l’Empire romain.

Le projet de recherche actuel est centré sur cet aspect particulier de l’ingénierie romaine, appelé« puits de rupture de pente » : le principe est de faire franchir une forte déclivité à une canalisation, en construisant un véritable escalier hydraulique souterrain. Le canal de l’aqueduc (en amont) se connecte à un puits de profondeur variable, à la base duquel se présente un canal de fuite (en aval). Lorsqu’une pente est trop forte, plusieurs puits sont associés formant alors une cascade de puits de rupture de pente. Ce dispositif permet de ralentir la vitesse du courant à l’intérieur du conduit. Après cette brusque chute, l’eau reprend un écoulement gravitaire normal.

Fonctionnement d’un puits de rupture de pente ( L. Borau)

Or, l’aqueduc de Valdepuentes doit franchir une pente abrupte dépassant les 30 %, dans la Sierra Morena, située à une dizaine de km à l’ouest de la ville. Pour cela, les ingénieurs romains ont établi une série de puits quadrangulaires atteignant plusieurs mètres de profondeur. La complexité de l’aménagement de ces ouvrages semi-enterrés ne se limite pas à leur morphologie. Leur implantation joue un rôle capital : en effet, une trentaine de puits de rupture de pente successifs a été identifiée, mais le nombre total pourrait approcher cinquante sur une longueur totale de 350 m.

Ce site constitue un important témoin architectural de l’habileté des ingénieurs romains.Mais, le choix d’étudier ce site n’est pas dû au hasard : il se fonde sur des similarités topographiques et techniques avec l’aqueduc d’Autun, déjà étudié (Borau 2009, 2010, 2015a, 2015b). Hormis les travaux d’H. Chanson (spécialiste en mécanique des fluides : Chanson 2000, 2002), il n’existe actuellement aucune étude de terrain précise, ni d’étude comparative à l’échelle de l’Empire romain, alors que de tels aménagement ont déjà été identifiés en Algérie (Leveau, Paillet 1976) et à Lyon (Burdy 2002) par exemple, mais aussi à Baelo Claudia(Borau 2015c, 2017) que nous étudions également. Ce travail à la fois topographique et d’analyse architecturale est réalisé en collaboration avec Clément Coutelier (Ingénieur, Ausonius) et le professeur A. Ventura Villanueva (Université de Cordoue). En complément, le professeur C. Passchier (Université de Mayence) et G. Sürmelihindi (Max Planck Institute) s’intéressent aux questions de durée d’utilisation de ce réseau par une approche géomorphologique des dépôts carbonatés conservés à l’intérieur du canal. C. Ars (Ingénieur, Ausonius) réalise également des simulations numériques en 3D permettant de reproduire virtuellement l’écoulement dans les puits de rupture de pente.

Bibliographie
  • Borau L. 2009 : « Nouvelle étude de l’aqueduc gallo-romain de Montjeu à Augustodunum », Revue Archéologique de l’Est, 58, p. 461-476.
  • Borau L. 2010 : Les structures hydrauliques chez les Éduens à l’époque antique. Les sites de Bibracte et d’Augustodunum-Autun. Analyse complémentaire des sites éduens de Bourgogne, thèse de doctorat sous la direction de G. Sauron, Paris, Univ. Paris-Sorbonne Paris IV, 2 vol. http://www.e-sorbonne.fr/theses/2010pa040145
  • Borau L. 2015a : « Topographie, urbanisme et gestion des réseaux d’eau à Augustodunum. Une nouvelle image de la capitale de cité », Gallia, 72-2, p.143-203.
  • Borau L. 2015b : « Réflexions autour de la construction des puits de rupture de pente des aqueducs : mise en perspective des résultats obtenus à Autun (Augustodunum) », in Borau L., Borlenghi A. (ed.), Aquae ductus. Actualité de la recherche en France et en Espagne, Actes ducolloque international, 15-16 février 2013 à Toulouse, Suppl. Aquitania 33, p. 49-68.
  • Borau L. 2015c : « Difusión de modelos romanos: particularidades técnicas del sistema de abastecimiento de agua a Baelo Claudia », Archivo Español de Arqueología, 88, p. 149-169.
  • Borau L., Mège C. 2017: « L’eau dans la fabrique de la ville : état de la recherche à Baelo Claudia », Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-1, p. 97-120.
  • Burdy J. 2002 : Les aqueducs romains de Lyon, Lyon, PUL, 204 p.
  • Chanson H. 2002 : Certains Aspects de la Conception hydrauliques des Aqueducs Romains, La Houille Blanche, n° 6/7, p. 43-57.
  • Chanson H. 2000 : Hydraulics of Roman Aqueducts : Steep Chutes, Cascades and Dropshafts, American Journal of Archaeology, 104, n°1, Jan., p. 47-72.
  • Feijoo Martinez S. 2005 : « El abastecimiento en Augusta Emerita. Las presas y los acueductos de agua potable, una asociación incompatible en la Antigüedad », in Nogales Barrasate T., Augusta Emerita. Territorios, espacios, imágenes y gentes en Lusitania romana, Mérida, p. 173-205.
  • Fernández Casado C. 1972 : Acueductos romanos en España, Madrid.
  • Fernández Casado C. 1983 : Ingeniería Hidráulica romana, Madrid.
  • Leveau P., Paillet J.-L. 1976 : L’alimentation en eau de Caesare de Maurétanie et l’aqueduc de Cherchell, Paris, L’Harmattan.
  • López Cuervo S. 1985: Medina Al-Zahra. Ingeniería y Formas, Madrid, Ministerio de Fomento ed.
  • Prieto R. H., Ventura Villanueva A., Bermúdez Cano J. M. 1991 : « Nuevos testimonios epigráficos referentes al abastecimiento de agua pública a la ‘Colonia Patricia’ »,, Anales de Arqueología Cordobesa 2, p. 291–308.
  • Sánchez López E., Martínez Jiménez J. 2016 : Los acueductos de Hispania. Construcción y abandono, Madrid.
  • Ventura Villanueva A.1993 : El abastecimiento de agua a la Córdoba romana. I. El acueducto de Valdepuentes, Córdoba.
  • Ventura Villanueva A. 1996 : El abastecimiento de agua a la Córdoba romana. II. Acueductos, ciclo de distribucíon y urbanismo, Córdoba. Ventura Villanueva A., Pizarro Berengena G. 2010 : « El aqua augusta (el acueducto de Valdepuentes) y el abastecimiento de agua a Colonia Patricia Corduba. Investigaciones recientes (2000-2010) », in Congreso de las obras públicas romanas, V, 2010, Córdoba, Madrid, Fundacion de la Ingenieria Técnica de Obras Publicas, p. 177-203.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search