Les fouilles

Les campagnes de prospection se sont révélées un préalable nécessaire pour orienter les campagnes de fouilles qui ont eu lieu par la suite

Ainsi, les deux premières campagnes de fouille (2015-2016) se sont concentrées sur deux zones :

  • sur un puits de rupture de pente jouxtant le pont-aqueduc de Churriana de l’aqueduc de Punta Paloma, extra-muros, à 2 km à l’est de la ville ;
  • sur l’aqueduc de Realillo, dans la ville haute, archéologiquement mal connue. Ce dernier secteur a permis de fouiller un tronçon du canal de l’aqueduc de Realillo associé à deux structures originales : un puits de rupture de pente et un bassin de décantation, s’intercalant entre l’aqueduc de Realillo et son château d’eau, inconnu et particulièrement bien conservé.

Pour comprendre la gestion de l’eau intramuros, deux autres campagnes (2017-2018) ont exploré l’arrivée de l’aqueduc de Punta Paloma dans la ville romaine, et son fonctionnement avec le rempart ; ainsi qu’un îlot, dans un secteur inexploré, mais stratégique notamment en raison de sa situation en amont de la fontaine monumentale et où des thermes étaient supposés avoir été installés.

La dernière campagne de fouille (2019) s’est concentrée sur le château d’eau, dans la ville haute, structure fouillée anciennement mais jamais documentée. La reprise de la documentation et l’ouverture d’un secteur en amont du château d’eau a permis d’examiner la construction de l’aqueduc en le fouillant sur quasiment une dizaine de mètres. Ce chantier se poursuivra en 2020.

Vue aérienne du château d’eau (F. Comte)

Les prospections

Le projet a débuté par des campagnes de prospections systématiques (2013-2015) permettant de repérer et d’identifier les aqueducs et leur tracé desservant la ville romaine. Ces recherches ont permis de réaliser un travail de relevé topographique inédit proposant un premier bilan : nombre d’ouvrages d’art, implantation, morphologie, techniques de construction, identification des matériaux, localisation des sources…

Dans un second temps, les prospections ont été reprises (2018-2019) pour étoffer la documentation sur les ouvrages hydrauliques, à l’aide notamment des nouvelles technologies. L’utilisation du drone et de la  photogrammétrie ont permis la création de modèles 3D et d’envisager des relevés pierre-à-pierre en post-traitement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search