Former et transmettre

Depuis 2017, ce projet de recherche a acquis une dimension supplémentaire, visant à proposer une formation à la fois théorique et de pratique de terrain à des étudiants.

D’une part, en tant que chantier-école, une véritable attention est portée à la formation et à l’encadrement des étudiants lors des campagnes de fouilles et de prospections : méthode de fouilles, relevé archéologique, enregistrement des données, mais aussi analyses du bâti, dessin architectural, identification des techniques de construction.

D’autre part, de véritables ateliers de formations (dans le cadre du labex LaScArBx) – géophysique appliquée, initiation à l’étude de mobilier archéologique (céramique, métal, faune), méthode de datation, topographie, photogrammétrie – ont permis aux étudiants d’enrichir leurs connaissances pratiques et théoriques des méthodes utilisées en archéologie. Des conférences sur le site par différents spécialistes (professeurs invités, ingénieurs, archéologues et restaurateurs du Conjunto arqueológico de Baelo Claudia) sont également proposées: conférence d’Alain Bouet (professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, Ausonius) en 2018, de Petra Urbanova (Iramat-CRP2A), de Rémy Chapoulie (professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, Iramat-CRP2A), de Brice Ephrem (Ausonius), de Iván García Jiménez et de María Luisa Salgado (Conjunto arqueológico de Baelo Claudia) en 2019.

Les fouilles

Les campagnes de prospection se sont révélées un préalable nécessaire pour orienter les campagnes de fouilles qui ont eu lieu par la suite

Ainsi, les deux premières campagnes de fouille (2015-2016) se sont concentrées sur deux zones :

  • sur un puits de rupture de pente jouxtant le pont-aqueduc de Churriana de l’aqueduc de Punta Paloma, extra-muros, à 2 km à l’est de la ville ;
  • sur l’aqueduc de Realillo, dans la ville haute, archéologiquement mal connue. Ce dernier secteur a permis de fouiller un tronçon du canal de l’aqueduc de Realillo associé à deux structures originales : un puits de rupture de pente et un bassin de décantation, s’intercalant entre l’aqueduc de Realillo et son château d’eau, inconnu et particulièrement bien conservé.

Pour comprendre la gestion de l’eau intramuros, deux autres campagnes (2017-2018) ont exploré l’arrivée de l’aqueduc de Punta Paloma dans la ville romaine, et son fonctionnement avec le rempart ; ainsi qu’un îlot, dans un secteur inexploré, mais stratégique notamment en raison de sa situation en amont de la fontaine monumentale et où des thermes étaient supposés avoir été installés.

La dernière campagne de fouille (2019) s’est concentrée sur le château d’eau, dans la ville haute, structure fouillée anciennement mais jamais documentée. La reprise de la documentation et l’ouverture d’un secteur en amont du château d’eau a permis d’examiner la construction de l’aqueduc en le fouillant sur quasiment une dizaine de mètres. Ce chantier se poursuivra en 2020.

Vue aérienne du château d’eau (F. Comte)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search