Relevés et nouvelles technologies

Les missions de terrain ont pour objectif la documentation des structures hydrauliques à travers des fouilles ponctuelles ou des prospections. Néanmoins, de nombreuses contraintes sont à prendre en compte :

  • la durée des missions oblige à documenter les structures le plus rapidement possible ;
  • l’accès aux structures est parfois limité par un terrain accidenté et l’absence de routes ;
  • l’élévation qui peut aller jusqu’à plusieurs mètres de hauteur pour certaines piles de pont-aqueduc, ne permet pas de documenter les parties hautes.

Pour faire face à ces contraintes, des procédés innovants ont été mis en place pour documenter de la façon la plus exhaustive possible les structures hydrauliques conservées.

Ainsi, le recours à la photogrammétrie permet un relevé intégral des structures, quelles que soit leurs dimensions, sur leur terrain. Ces données sont traitées en post-fouille pour permettre à la fois une modélisation 3D et la production d’orthophotographie (par F. Comte) pour un dessin du pierre-à-pierre des structures (DAO : C. Trémeaud).

L’utilisation du drone permet aussi d’obtenir des photos zénithales des très grandes structures, après leur dégagement, allant jusqu’au plan entier de la ville qui peuvent ensuite être réintégrées dans le SIG (développé par C. Coutelier).

Intégration des vues zénithales (drone) dans le SIG avec la localisation des structures (C. Coutelier).

La mise en place des ces nouvelles pratiques permet un gain de temps sur le terrain mais nécessite un investissement important en post-fouille pour traiter les données, tout comme un investissement important sur le terrain pour avoir les meilleurs conditions : très matinales ou tardives pour avoir la meilleure exposition.

Ces pratiques permettent aussi de réactualiser des données anciennes sur des objets ; comme cela a été fait sur les tuyaux de plombs et un purgeur, découverts lors de fouilles anciennes de la ville, en créant une modélisation 3D.

Les fouilles

Les campagnes de prospection se sont révélées un préalable nécessaire pour orienter les campagnes de fouilles qui ont eu lieu par la suite

Ainsi, les deux premières campagnes de fouille (2015-2016) se sont concentrées sur deux zones :

  • sur un puits de rupture de pente jouxtant le pont-aqueduc de Churriana de l’aqueduc de Punta Paloma, extra-muros, à 2 km à l’est de la ville ;
  • sur l’aqueduc de Realillo, dans la ville haute, archéologiquement mal connue. Ce dernier secteur a permis de fouiller un tronçon du canal de l’aqueduc de Realillo associé à deux structures originales : un puits de rupture de pente et un bassin de décantation, s’intercalant entre l’aqueduc de Realillo et son château d’eau, inconnu et particulièrement bien conservé.

Pour comprendre la gestion de l’eau intramuros, deux autres campagnes (2017-2018) ont exploré l’arrivée de l’aqueduc de Punta Paloma dans la ville romaine, et son fonctionnement avec le rempart ; ainsi qu’un îlot, dans un secteur inexploré, mais stratégique notamment en raison de sa situation en amont de la fontaine monumentale et où des thermes étaient supposés avoir été installés.

La dernière campagne de fouille (2019) s’est concentrée sur le château d’eau, dans la ville haute, structure fouillée anciennement mais jamais documentée. La reprise de la documentation et l’ouverture d’un secteur en amont du château d’eau a permis d’examiner la construction de l’aqueduc en le fouillant sur quasiment une dizaine de mètres. Ce chantier se poursuivra en 2020.

Vue aérienne du château d’eau (F. Comte)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search