Former et transmettre

Depuis 2017, ce projet de recherche a acquis une dimension supplémentaire, visant à proposer une formation à la fois théorique et de pratique de terrain à des étudiants.

D’une part, en tant que chantier-école, une véritable attention est portée à la formation et à l’encadrement des étudiants lors des campagnes de fouilles et de prospections : méthode de fouilles, relevé archéologique, enregistrement des données, mais aussi analyses du bâti, dessin architectural, identification des techniques de construction.

D’autre part, de véritables ateliers de formations (dans le cadre du labex LaScArBx) – géophysique appliquée, initiation à l’étude de mobilier archéologique (céramique, métal, faune), méthode de datation, topographie, photogrammétrie – ont permis aux étudiants d’enrichir leurs connaissances pratiques et théoriques des méthodes utilisées en archéologie. Des conférences sur le site par différents spécialistes (professeurs invités, ingénieurs, archéologues et restaurateurs du Conjunto arqueológico de Baelo Claudia) sont également proposées: conférence d’Alain Bouet (professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, Ausonius) en 2018, de Petra Urbanova (Iramat-CRP2A), de Rémy Chapoulie (professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, Iramat-CRP2A), de Brice Ephrem (Ausonius), de Iván García Jiménez et de María Luisa Salgado (Conjunto arqueológico de Baelo Claudia) en 2019.

Relevés topographiques et SIG

Plusieurs techniques complémentaires permettent de réaliser un travail topographique, à partir de l’utilisation d’un matériel spécialisé (station totale Geomax Zoom80 ; GPS différentiel Trimble GeoXH6000 ). Les relevés topographiques effectués par Clément Coutelier (spécialiste en systèmes d’information géographique du service AusoHNum) sont ensuite traités avec différents logiciels (GPS PathFinder Office ; ArcGIS) afin de réaliser un SIG des réseaux d’eau et des cartes de localisation des vestiges identifiés.

Le SIG est également utilisé dans un but prospectif : à partir de tronçons déjà repérés, le SIG aide à une modélisation des parties d’aqueducs encore non repérées en utilisant la micro-topographie et les différences de pentes.

Restitution du tracé de l’aqueduc de Punta Paloma (C. Coutelier)

Les prospections

Le projet a débuté par des campagnes de prospections systématiques (2013-2015) permettant de repérer et d’identifier les aqueducs et leur tracé desservant la ville romaine. Ces recherches ont permis de réaliser un travail de relevé topographique inédit proposant un premier bilan : nombre d’ouvrages d’art, implantation, morphologie, techniques de construction, identification des matériaux, localisation des sources…

Dans un second temps, les prospections ont été reprises (2018-2019) pour étoffer la documentation sur les ouvrages hydrauliques, à l’aide notamment des nouvelles technologies. L’utilisation du drone et de la  photogrammétrie ont permis la création de modèles 3D et d’envisager des relevés pierre-à-pierre en post-traitement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search