Relevés et nouvelles technologies

Les missions de terrain ont pour objectif la documentation des structures hydrauliques à travers des fouilles ponctuelles ou des prospections. Néanmoins, de nombreuses contraintes sont à prendre en compte :

  • la durée des missions oblige à documenter les structures le plus rapidement possible ;
  • l’accès aux structures est parfois limité par un terrain accidenté et l’absence de routes ;
  • l’élévation qui peut aller jusqu’à plusieurs mètres de hauteur pour certaines piles de pont-aqueduc, ne permet pas de documenter les parties hautes.

Pour faire face à ces contraintes, des procédés innovants ont été mis en place pour documenter de la façon la plus exhaustive possible les structures hydrauliques conservées.

Ainsi, le recours à la photogrammétrie permet un relevé intégral des structures, quelles que soit leurs dimensions, sur leur terrain. Ces données sont traitées en post-fouille pour permettre à la fois une modélisation 3D et la production d’orthophotographie (par F. Comte) pour un dessin du pierre-à-pierre des structures (DAO : C. Trémeaud).

L’utilisation du drone permet aussi d’obtenir des photos zénithales des très grandes structures, après leur dégagement, allant jusqu’au plan entier de la ville qui peuvent ensuite être réintégrées dans le SIG (développé par C. Coutelier).

Intégration des vues zénithales (drone) dans le SIG avec la localisation des structures (C. Coutelier).

La mise en place des ces nouvelles pratiques permet un gain de temps sur le terrain mais nécessite un investissement important en post-fouille pour traiter les données, tout comme un investissement important sur le terrain pour avoir les meilleurs conditions : très matinales ou tardives pour avoir la meilleure exposition.

Ces pratiques permettent aussi de réactualiser des données anciennes sur des objets ; comme cela a été fait sur les tuyaux de plombs et un purgeur, découverts lors de fouilles anciennes de la ville, en créant une modélisation 3D.

Relevés topographiques et SIG

Plusieurs techniques complémentaires permettent de réaliser un travail topographique, à partir de l’utilisation d’un matériel spécialisé (station totale Geomax Zoom80 ; GPS différentiel Trimble GeoXH6000 ). Les relevés topographiques effectués par Clément Coutelier (spécialiste en systèmes d’information géographique du service AusoHNum) sont ensuite traités avec différents logiciels (GPS PathFinder Office ; ArcGIS) afin de réaliser un SIG des réseaux d’eau et des cartes de localisation des vestiges identifiés.

Le SIG est également utilisé dans un but prospectif : à partir de tronçons déjà repérés, le SIG aide à une modélisation des parties d’aqueducs encore non repérées en utilisant la micro-topographie et les différences de pentes.

Restitution du tracé de l’aqueduc de Punta Paloma (C. Coutelier)

Les prospections

Le projet a débuté par des campagnes de prospections systématiques (2013-2015) permettant de repérer et d’identifier les aqueducs et leur tracé desservant la ville romaine. Ces recherches ont permis de réaliser un travail de relevé topographique inédit proposant un premier bilan : nombre d’ouvrages d’art, implantation, morphologie, techniques de construction, identification des matériaux, localisation des sources…

Dans un second temps, les prospections ont été reprises (2018-2019) pour étoffer la documentation sur les ouvrages hydrauliques, à l’aide notamment des nouvelles technologies. L’utilisation du drone et de la  photogrammétrie ont permis la création de modèles 3D et d’envisager des relevés pierre-à-pierre en post-traitement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search